Les droits TV expliquent-ils la nouvelle attractivité des clubs de Ligue 1 pour les investisseurs ?

Propos recueillis par la rédaction de Questions de transformation- 20 juin 2019

0
0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
 
Renaud Régner
Associate Partner - Transaction Services
Les droits TV offrent aujourd'hui une nouvelle attractivité économique aux investisseurs. Leur augmentation conséquente, qui était prévisible il y a trois ou quatre ans, permet, primo, aux clubs de sécuriser les investissements financiers purement sportifs, secundo, d'augmenter leur surface financière pour diversifier leurs sources de revenus à moyen et long terme grâce à de nouveaux investissements de développement. Beaucoup d'experts pensent que le montant des droits TV internationaux de la L1, qui sont de 80 millions annuels jusqu'en 2024, vont largement augmenter pour se rapprocher de l'Italie et de l'Espagne, qui sont en l'état 6 à 8 fois supérieurs. Ce qui est investi aujourd'hui paiera dans 5-10 ans. De nouveaux métiers comme stadium manager, community manager, directeur marketing incarnent une nouvelle logique commerciale beaucoup plus active.

Aujourd'hui, les clubs n'embauchent plus pour gérer mais pour se développer. Les droits TV ne sont donc pas l'arbre qui cache la forêt mais au contraire une bouffée d'air pour pouvoir renforcer ses structures sereinement, notamment en investissant dans l'expérience fan et le développement de la marque. Cela passe entre autres par les équipements, dont les stades, qui constituent un facteur important de ROI. Aujourd'hui, la majorité des clubs de Ligue 1 ne sont ni propriétaires ni exploitants de leur stade, c'est un problème. Attirer de nouveaux publics et améliorer le confort (accès au stade, mobilité à l'intérieur de l'enceinte, restauration...) et les expériences utilisateur sont une nécessité pour se mettre à la page et rattraper les autres offres concurrentielles de divertissement, qui sont nombreuses dans les grandes villes.
Plus de contenus
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}