Changement d’heure : le Parlement européen remet les pendules à l’heure

La rédaction de Questions de transformation- 29 mars 2019

0
1
1
Inscrivez-vous
à la newsletter
Changement d’heure : le Parlement européen remet les pendules à l’heure
Voilà, c'est fait ! Le Parlement européen s'est prononcé le 26 mars pour une suppression du changement d'heure, en 2021. Si le projet de loi est définitivement adopté, les pays optant pour l'heure d'été ajusteraient une dernière fois leurs montres en mars 2021, et ceux optant pour l'heure d'hiver en octobre 2021. « Les députés européens ont souhaité que les pays de l'UE et la Commission se coordonnent pour garantir que l'application de l'heure d'été dans certains pays et de l'heure d'hiver dans d'autres ne perturbe pas le fonctionnement du marché intérieur.On ne peut pas se permettre d'avoir un 'patchwork' d'heures différentes dans l'Union », explique-t-il à RTL (en citant l'eurodéputée suédoise Marita Ulvskog, rapporteure du texte.)

Quel sera le choix de la France ? Le gouvernement et le Parlement savent déjà depuis une consultation citoyenne organisée en ligne par l'Assemblée nationale que 84 % des Français veulent rester à l'heure d'été. Soit le fuseau horaire le moins proche de l'heure solaire. Si, pour l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), le changement d'heure permettrait bien de faire des économies en énergie et en CO2, même de manière plutôt modeste, il ne serait pas anodin pour le corps humain. Dans Sciences et Avenir, Véronique Fabre, chargée de recherche au laboratoire Neurosciences Paris Seine-IBPS, explique que « cette variation perturbe notre horloge interne qui contrôle nos différents rythmes biologiques. Le passage à l'heure d'été pourrait avoir plusieurs conséquences ponctuelles comme une augmentation des accidents de la route ou du travail ou encore aggraverait ponctuellement les effets du manque chronique de sommeil sur notre santé. »

Avant que l'exécutif tranche, il est intéressant de constater, comme le fait Le Monde, que l'abandon du changement d'heure n'a pas les mêmes conséquences selon la région où vous vivez. « Au jeu de la latitude et de la longitude, abandonner le changement d'heure n'aura en effet pas les mêmes conséquences selon que l'on vit au nord, au sud, à l'est ou à l'ouest. Les 900 kilomètres qui séparent Strasbourg de Brest impliquent un décalage de quasi une heure des heures de lever et coucher du soleil », argumente le quotidien, qui propose une démonstration en cartes et graphiques.

Plus de contenus
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}