Economie responsable : les grands groupes plus militants que les startups

La rédaction de Questions de transformation- 12 avril 2019

0
0
1
Inscrivez-vous
à la newsletter
Economie responsable : les grands groupes plus militants que les startups
Avec 8 563 visiteurs cette année contre 6 423 en 2018, le salon Produrable, qui s'est tenu les 9 et 10 avril à Paris, confirme que la RSE, le développement durable et l'investissement responsable ont le vent en poupe. Dans un entretien accordé aux Echos, Cécile Colonna d'Istria, qui a créé la grand-messe française de l'économie durable il y a quinze ans, affirme que « la RSE est une tendance à suivre pour la performance du business. Les consommateurs sont de plus en plus enclins à privilégier des achats responsables en termes d'impact environnemental, et des produits biologiques y compris dans les cosmétiques et le textile. Les investisseurs sont plus attentifs. Plus généralement, les parties prenantes poussent les entreprises à faire des choix plus vertueux ».

Si la RSE est donc en plein essor, un constat s'impose : elle ne se développe pas forcément là où on l'attend. « Ce sont les grosses boîtes et les profils plus expérimentés qui donnent le ton », explique L'ADN. « Le monde des startups s'en fout totalement, c'est affligeant. J'avais approché un incubateur de startups un peu branché avec d'autres personnes qui travaillent dans le développement durable. Le dirigeant m'avait répondu que ce qu'on demandait aux startups, c'était de faire de la croissance, pas de la RSE », y confie Caroline Renoux, fondatrice du cabinet de recrutement Birdeo, spécialisé en RSE. « Mais pour obtenir de l'argent en levées de fonds, ça va devenir compliqué de ne pas s'impliquer sur des thématiques sociales et environnementales », ajoute-t-elle.

Car contrairement aux idées reçues, la RSE peut concilier business et actions qui ont du sens. Le média Chef d'Entreprise tord le cou aux préjugés : non, ça ne coûte pas trop cher, oui ça ouvre de débouchés, c'est différenciant et indispensable. « Hélène Tauzin, professeure à l'ESI Business School, évoque les entreprises à mission qui, grâce à leur engagement, s'emparent parfois de nouveaux marchés et devraient se multiplier depuis l'entrée en vigueur de la loi PACTE. L'entreprise Nutriset, spécialiste des aliments dédiés aux enfants victimes de malnutrition, est numéro 1 dans son secteur et réalise un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros, pour seulement 200 employés », argumente Chef d'Entreprise

Plus de contenus

Julia Amsellem

associée EY-Parthenon en charge du Luxe, du Retail et des Biens de consommation
Des opportunités pour un luxe plus responsable et plus digital
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}