En attendant la 5G et une reprise de croissance, le smartphone copine avec les microbes

La rédaction de Questions de transformation- 01 mars 2019

0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
En attendant la 5G et une reprise de croissance, le smartphone copine avec les microbes
Comme chaque année fin févier, l'industrie mondiale du mobile se donne rendez-vous à Barcelone pour le Mobile World Congress (MWC), premier salon international dédié aux innovations des technologies mobiles. Et dont EY est partenaire. Même si quelques grands acteurs du marché lui préfèrent de plus en plus des événements dédiés, comme récemment Samsung, la grand-messe reste le meilleur révélateur des tendances et nouveautés. C'est le cas de la 5G, au cœur de toutes les attentions au MWC. « Attention toutefois, à ne pas se bercer d'illusions : la 5G n'est pas pour demain. La GSM Association assure que la 5G ne représentera tout au plus que 15 % du marché mobile en 2025 », relativise ZDNet. « Si des réseaux 5G ont bel et bien été lancés aux États-Unis et en Corée du Sud, ceux-ci ne disposent que d'une couverture très limitée et ne sont pour l'heure dédiés qu'à des applications professionnelles. Et si les appels d'offres organisés par l'Arcep pour l'octroi de fréquences 5G seront lancés en France à l'automne, seuls 79 opérateurs de téléphonie mobile ont annoncé leur intention de lancer des services 5G au niveau mondial, ce qui fait que l'impact de la 5G pourrait être plus limité qu'on le pense », développe le média spécialisé. Comme le rapporte la GSMA (Association des opérateurs et constructeurs mobiles) dans uneétude publiée en marge du salon de Barcelone, seuls 50 pays devraient en effet bénéficier de services 5G à l'horizon 2021.

Mais la 5G va-t-elle s'imposer comme le sauveur d'un marché du smartphone en difficulté ? C'est la question que pose le quotidien britannique The Telegraph, qui rappelle que le plus grand rassemblement annuel mondial de l'industrie du mobile intervient cette année dans un contexte de stagnation. Le marché ne s'est jamais aussi mal porté depuis cinq ans, « mais l'optimisme est de mise parce que des révolutions comme la 5G et des téléphones pliables sont déjà une réalité », souligne le journal anglais, qui cite Andrew Parker, directeur de l'association des opérateurs et constructeurs mobiles : « Cette année, on est témoin d'un vrai changement majeur car pour la première fois les appareils et les services se développent de pair pour être synergiques. »
Technologie ou pas, notre smartphone reste sept fois plus infecté de microbes que nos toilettes. Une réalité sanitaire mal connue sur laquelle s'attarde USA Today. Interrogé par le quotidien nord-américain, le docteur Charles Greba, professeur de microbiologie à l'université d'Arizona, auteur d'une étude de référence, argumente : « Nous sommes la génération qui touche le plus de surfaces de toute l'histoire. Le centre de prévention et de contrôle des maladies estime que 80 % des infections bactériennes sont transmises par les mains. Or le smartphone est devenu leur extension et nos smartphones sont devenus des nids à microbes. Vous avez beau vous laver les mains, les microbes, eux, restent sur votre téléphone. 

Plus de contenus
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}