La transformation : une nécessité vitale qui galvanise les entreprises

La rédaction de Questions de transformation- 26 février 2019

0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
La transformation : une nécessité vitale qui galvanise les entreprises
La transformation, une option ? Non, une obligation. Ce diagnostic, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances l'a posé le 13 février dernier lors de la 3e édition du EY T-DAY, organisé à Bercy en partenariat avec La Tribune. Se transformer, c'est plus qu'une simple idée, un simple projet. Il s'agit désormais d'un mantra martelé au quotidien dans plus de deux entreprises sur trois, constate la nouvelle étude d'EY, « Le courage de transformer ». Selon l'étude, réalisée en collaboration avec le CSA, 67 % des entreprises déclarent avoir lancé un plan de transformation et 20 % envisagent de le faire dans un avenir proche. Près de 90 % des entreprises et des organisations publiques sont donc concernées par ce mouvement de fond, « essentiel pour leur développement, vital pour répondre à la concurrence et rester compétitif ». Dans une tribune publiée sur LinkedIn, Hervé de la Chapelle, associé EY en charge des activités de conseil pour le secteur public, assure qu'« expliquer le sens de la transformation, associer les parties prenantes et faire bénéficier à tous des résultats obtenus – par exemple en "réinvestissant" une partie des gains effectifs au service du développement des agents, de leur accompagnement vers de nouveaux métiers où le digital devient de plus en plus prégnant ».

Mais quid de la raison principale pour laquelle les entreprises s'engagent dans un plan de transformation ? Pour 48 %, selon l'étude, l'amélioration de la satisfaction client constitue le premier objectif. Les Echos rappelle également qu'après des années de transformation basée sur le digital, « dans près de 70 % des entreprises, le digital occupe moins de la moitié des thèmes couverts par les plans de transformation », remarque EY Consulting. Ce qui est mis en avant ? La transformation de la culture et de l'organisation. Interrogé par La Tribune, Jean-Pierre Letartre, président d'EY en France, reconnaît que les transformations sont fondamentalement anxiogènes pour toutes les strates de l'organisation : « Auparavant, la transformation était une succession d'adaptations. Elle consistait à faire varier tel ou tel curseur, à se fixer tel ou tel objectif précis. Les nouvelles technologies ont changé la donne. Désormais, la conduite du changement, ou la transformation, appelons-la comme vous voulez, doit être systémique. C'est la raison pour laquelle elle requiert beaucoup plus de courage. »

Plus de contenus

Olivier Macard

associé EY, en charge du secteur Distribution et Consommation pour la France
Entre euphorie et agonie, la distribution contrainte à une mue brutale
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}