Université d’été : le Medef travaille à un capitalisme nouveau

La rédaction de Questions de transformation - 02 septembre 2019

0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
Université d’été : le Medef travaille à un capitalisme nouveau


Nouveau concept, nouvel emplacement, nouvelle dimension, nouveaux formats : adieu l'université d'été du Medef, bienvenue à La Rencontre des Entrepreneurs de France. Pendant deux jours, sur l'hippodrome de Longchamp à Paris les 28 et 29 août, la grand-messe annuelle new look du patronat français, intitulée « No(s) futur(s) » a rassemblé plus de 7 500 chefs d'entreprise, 500 journalistes et influenceurs, ainsi que des intervenants prestigieux français et internationaux pour débattre du rôle de l'entreprise et des ripostes que le capitalisme peut opposer aux inégalités, « plus insupportables encore et qui conduisent à une remise en cause de nos modèles », dixit le Medef. En affublant son rassemblement du titre d'un morceau mythique des Sex Pistols, le Medef serait-il carrément devenu punk, s'interroge non sans ironie L'Usine Nouvelle, rappelant que le Medef promettait des débats « sans tabou » en questionnant notamment le capitalisme de demain sur fond de crise climatique, de montée des inégalités, de conflits géopolitiques... Comme l'ajoute en écho La Dépêche, Geoffroy Roux de Bézieux, président du syndicat, a ouvert « les festivités par un discours questionnant l'avenir du capitalisme dans une période très particulière post-G7, avec le Brexit dans l'actualité ».

« L'idée est de se préoccuper de sujets qui, certes, ne forment pas le quotidien de tous les patrons, mais qui un jour ou l'autre affecteront leur activité, comme la démographie, l'immigration, l'alimentation ou la pauvreté... », explique Geoffroy Roux de Bézieux dans Le Monde. Dans cet entretien de rentrée, publié à la veille de la REF, le boss du Medef estime que la crise sociale soulevée par les gilets jaunes persiste en profondeur et que « nous ne sommes pas à l'abri d'une récession ».

L'ex-Université d'été a été aussi l'occasion pour certaines organisations de venir faire leur promotion, comme Paris La Défense, chargé de l'aménagement et de la gestion d'un quartier d'affaires qui accueille déjà plus de 500 entreprises et 180 000 salariés.

« Pendant deux jours, l'établissement et ses partenaires comme Altarea Cogedim, Hines ou Icade ont présenté en détail les projets phares du quartier (tours Hekla et Alto, bureaux Landscape, immeuble Origine). En mettant aussi en avant les 3,5 millions de mètres carrés de bureaux répartis dans plus de 70 immeubles ou encore les 17 000 m² d'espaces de coworking que compte le quartier », écrivait, le 25 août, Le Parisien. Le quotidien francilien explique que pour séduire les patrons, Paris La Défense est bien décidé « à changer son aspect parfois "mono fonctionnel" pour prouver que le quartier est un endroit où il fait bon travailler, mais aussi bon vivre ».

Plus de contenus
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter les conditions générales d’utilisation du Site.
{POPUP_CONTENT}