Comment les méthodes de conduite du changement peuvent-elles accompagner les transformations dans l'industrie ?

Propos recueillis par la rédaction de Questions de transformation- 19 janvier 2017

0
46
4
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
 
Alain Galloni
Associé EY Advisory
« Dans l'industrie du futur, la technologie ne sera plus l'apanage des équipes d'innovation, des bureaux d'études... Elle va irriguer totalement les ateliers et le terrain. Cette transformation nécessaire compte encore beaucoup d'inconnues, mais il est certain que nous entrons dans un monde où les processus industriels seront en constante évolution.

Les dirigeants doivent s'approprier ces enjeux qui ont un impact fort sur les aspects opérationnels. Le middle management devra aussi se repositionner et travailler davantage avec la machine. Il y a encore de grandes interrogations sur les effets à moyen ou long termes de technologies comme la réalité augmentée ou l'impression 3D dans les ateliers. Les logiques de temps réel et de transparence changent aussi la donne, y compris sur le suivi des erreurs. La data va projeter le secteur d'une culture d'analyse du passé à celle de l'anticipation...

Le capital humain restera central, car c'est lui qui adoptera ou refusera ces évolutions. Pour se projeter dans l'industrie du futur, il faut réussir à donner du sens à ces transformations, expliquer le travail à effectuer, mais aussi les enjeux en termes de compétitivité, de relocalisation des emplois au plus près de la consommation... La pédagogie doit être aussi inventive que la technologie. Le jeu peut être un bon moyen pour expliquer les différentes briques de l'usine intelligente ou pour mettre en scène des technologies assez futuristes.

En ce qui concerne les métiers et les compétences, il est essentiel d'identifier la part des collaborateurs qui accompagnera sans souci les mutations, celle qu'il faudra accompagner et celle qui ne pourra pas s'insérer dans ce processus. Ceux qui vont s'inscrire dans la transformation attendront une reconnaissance, y compris à travers leur rémunération.

Toutes ces grandes questions sont assez peu adressées aujourd'hui, mais il faut, a minima, tracer une feuille de route à partir de ce qui existe et se l'approprier. Ceux qui auront commencé à conduire le changement iront plus facilement vers d'autres technologies et d'autres modes d'organisation. »
Plus de contenus

Olivier Macard

associé EY, en charge du secteur Distribution et Consommation pour la France
Entre euphorie et agonie, la distribution contrainte à une mue brutale
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}