Andréas Georgiou, l'entrepreneur qui fait entrer la pub au théâtre

La rédaction de Questions de transformation- 21 juin 2018

0
0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
Andréas Georgiou, l'entrepreneur qui fait entrer la pub au théâtre
« Ô rage ! ô désespoir ! ô publicité ennemie ! N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? » Voilà ce que pourrait donner une nouvelle version du Cid réécrite par un Pierre Corneille forcément outré par l'arrivée de la pub sur les planches. Le big bang culturel est signé ODW Régie, qui depuis le 5 mars 2018 a fait entrer son offre de publicité premium dans huit théâtres parisiens. Derrière cette révolution se cache le trentenaire Andréas Georgiou, président d'ODW Régie et cofondateur de l'agence digitale ODW, née en 2012. « La publicité existe déjà au théâtre, sous la forme d'écrans ou d'affichage. Certains théâtres étaient déjà familiers avec ce concept, puisqu'il existait jusque dans les années 70, mais présentait des contraintes techniques importantes puisque les pubs étaient sur bobine », assume cet Alsacien titulaire d'un master en Entrepreneuriat de Neoma Business School. Chez lui, entreprendre est naturel. Inné. « J'ai toujours eu cette fibre, j'ai plein d'histoires à raconter sur mes premiers business quand j'étais tout petit. Ma mère les racontera mieux, c'est elle qui recevait les appels des parents d'élèves ou du proviseur », nous confie-t-il. Sa devise ? « Oser tout remettre en jeu à n'importe quel moment de ma vie. »

Avec ODW Régie, qui accompagne des artistes comme Jamel Debbouze, Malik Bentalha ou Kev Adams, il l'applique à toute une industrie. « Avec cette offre, qui a été pensée depuis un an et demi au fil des rencontres avec les directeurs de salle et producteurs de spectacles, il s'agit avant tout d'un moyen de financement supplémentaire pour donner l'opportunité aux théâtres privés de développer une offre culturelle plus diverse. Les bandes-annonces sont également un formidable moyen de faire revenir les spectateurs voir d'autres spectacles, et donc de promouvoir l'offre culturelle et théâtrale », explique ce passionné de surf et de saxophone. Il l'avoue, « j'ai toujours eu et j'ai toujours mille rêves, mais ils ont tous en commun le fait d'être libre de mon temps ».Cette liberté, il y a goûté outre-Atlantique, où se sont construites les prémices d'ODW, « lors d'un séjour aux États-Unis et au Canada pour un stage et un échange universitaire. J'avais un trou de trois mois avant ma dernière année et j'ai commencé à chercher tout ce que je pouvais faire pour gagner de l'argent en ligne et financer ces vacances. Je suis passé par tout, traductions, articles, vidéos, et j'ai passé trois mois entre la côte Ouest et New York. Alexandre Vernier, mon associé avec qui j'ai fait une partie de ce voyage, faisait pareil de son côté. Quand on est rentrés en France pour notre dernière année, on s'est mis en colocation et on a monté une petite structure pour continuer à se faire de l'argent de poche tout en montant sur des projets plus gros. Je bossais sur un autre projet, lui avait décroché un CDI en finance, mais avec ODW qui continuait à grandir, on a décidé sur un coup de tête de s'installer à Paris et de tenter l'aventure à temps plein ». Aujourd'hui, ODW Régie a déjà signé avec 16 salles à Paris et annoncera une nouvelle vague à la rentrée. Andréas Georgiou a beau vouloir « toujours plus », c'est son mantra, il refuse la croissance à tout prix : « On prépare le terrain pour la suite, mais priorité à la durée. Je ne suis pas trop de la génération qui a comme repère de réussite une levée de fonds sur business plan ou une campagne d'affichage dans le métro. J'ai envie de construire des choses durables avec des personnes épanouies. »

Plus de contenus

Julien Vidal

Fondateur du projet associatif « Ça commence par moi » (CCPM)
Julien Vidal nous rappelle que tout commence aussi par nous
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}