Avec Amel Bendali, la « microfluidité » est une startup !

La rédaction de Questions de transformation- 00 0000

0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
Avec Amel Bendali, la « microfluidité » est une startup !
Le goût d'apprendre et la curiosité, Amel Bendali les a reçus de ses parents. Celui de l'entrepreneuriat, elle l'a forgé au cours d'un module de création d'entreprise de six mois, pendant ses études à l'Institut national polytechnique de Grenoble. « On devait développer une idée de société, faire un business plan, et présenter le projet devant un jury de chefs d'entreprise. Cela m'a clairement donné l'envie de poursuivre dans cette voie ! », nous raconte la cofondatrice d'Inorevia, une startup de biotechnologie dont elle codirige le développement, en plus d'être en charge du marketing et de la relation client.
Que propose exactement Inorevia ? « Des instruments d'analyse biologique à la frontière des microsystèmes et des biotechnologies, et qui permettent de réduire les volumes analysés en miniaturisant les réactions biochimiques », décrypte Amel Bendali. « Au lieu d'utiliser un tube de sang, on n'utilisera plus que des microgouttes pour réaliser beaucoup plus d'analyses, ce qui permettra de réduire à la fois le temps passé et les coûts, avec aussi des applications dans la recherche. » Selon l'entrepreneure, le marché avoisinerait les 500 millions de dollars par an.
Seule Française finaliste lors du récent Women Startup Challenge, cette docteure en biologie a d'abord passé cinq ans à l'Institut de la vision, à Paris : « J'étais la seule physicienne dans un laboratoire de biologie qui travaille sur un projet de rétine artificielle, c'était passionnant », confie-t-elle. 
Son PhD en poche, elle tarde à trouver du travail, « peut-être parce que je portais mon intérêt sur des sujets très spécialisés », analyse-t-elle a posteriori.
La microfluidique, qui permet de descendre à l'échelle du micromètre, est quant à elle très porteuse : « J'avais besoin de me lancer dans un projet qui débouche sur des applications concrètes utiles, comme le permet la microfluidique dans la biologie et le médical. Je me suis mise en quête de gens brillants avec qui je puisse travailler, et j'ai eu la chance de rencontrer le professeur Viovy, à l'institut Curie. Il possédait déjà un brevet, avec l'intention de monter une société », raconte la trentenaire. 
En juillet 2016, elle lance donc Inorevia, avec quatre autres associés, dont Julien Autebert, président et directeur technique. « La faisabilité technologique a été prouvée via des articles scientifiques », explique la chercheuse et startuppeuse. « Notre défi maintenant est d'en faire un produit industriel robuste qu'on puisse mettre entre les mains des biologistes. »
Un an après une première levée de fonds de presque 700 000 euros, la startup de deep tech aux cinq salariés et deux dirigeants à temps plein repart donc en quête de financement afin d'amorcer la phase d'industrialisation du produit. 
« On a aujourd'hui un prototype fonctionnel que nous allons livrer avant la fin de l'année à un client industriel. Mais nous avons besoin d'argent pour la suite ! », explique Amel Bendali. Car la phase de commercialisation n'est pas prévue avant début 2021 : « S'assurer que les analyses biologiques fonctionnent parfaitement avec le système que nous proposons, cela prend du temps », justifie-t-elle. La patience est une arme. « Je suis convaincue que la deep tech a une carte à jouer dans la médecine de précision », ajoute Amel Bendali. Une médecine augmentée qui permettra demain d'orienter les traitements médicaux afin de les personnaliser pour chaque patient.
Plus de contenus
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}