Chez Julie Ranty passion rime avec innovation

La rédaction de Questions de transformation- 04 mai 2017

0
44
Inscrivez-vous
à la newsletter
Chez Julie Ranty passion rime avec innovation
Les médias, Julie Ranty est tombée dedans très jeune. « Mes parents ne sont pas du tout dans ce monde-là, mais c'est celui qui m'a toujours passionnée », nous confie la co-directrice de Viva Technology. Après deux ans de « prépa » et un diplôme d'HEC en poche, c'est donc naturellement qu'elle se dirige vers Le Figaro pour son premier stage. « Pas pour être journaliste, moi ce qui m'a tout le temps fascinée dans les médias, ce sont les angles marketing et business », explique-t-elle.

Puisque son truc ce sont les nouveaux concepts éditoriaux et leur monétisation, elle débute sa carrière dans le groupe Canal+, au marketing éditorial des chaînes puis à la direction de la stratégie, avant de rejoindre le groupe Les Echos en 2014 en tant qu'éditrice de Capital Finance et des Echos Business & Entrepreneurs. Un an plus tard, en septembre 2015, elle lance un nouveau média dédié aux étudiants et jeunes actifs, Les Echos Start. « Je pense que c'est important de s'investir dans des projets auxquels on croit, portés par des équipes inspirantes avec qui on a envie de déplacer des montagnes et prendre des risques, sans avoir peur d'échouer. Cela vaut pour les femmes comme pour les hommes, d'ailleurs », assure-t-elle.

En prenant la codirection de la deuxième édition du salon Viva Technology, organisé par Les Echos et Publicis, elle reste encore dans ce qu'elle préfère : un poste hybride mélangeant contenus, business et développement. « Quand tu travailles dans les médias aujourd'hui, tu baignes forcément dans le digital, que je considère comme une matière mouvante. Tu y apprends en permanence et tous les deux ans, tu dois remettre à jour tes compétences. C'est un défi enthousiasmant », argumente celle qui, avec Maxime Baffert, veut faire de Paris la capitale mondiale de l'innovation pendant ces trois jours d'un rendez-vous annuel, mondial et incontournable de ceux qui inventent le monde de demain.

Après le succès de 2016, « nous sommes encore plus ambitieux », annonce-t-elle. Concrètement, « nous allons renforcer la dimension internationale, les avant-premières et l'expérientiel, en visant 50 000 visiteurs et 5 000 startups ». Pour cette deuxième édition, 1 000 investisseurs et une vingtaine de licornes mondiales sont également attendus à VivaTech. 
Plus de contenus

Olivier Macard

associé EY, en charge du secteur Distribution et Consommation pour la France
Entre euphorie et agonie, la distribution contrainte à une mue brutale
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}