Constance Madaule, celle qui murmure à l'oreille des vers à soie

La rédaction de Questions de transformation- 29 mars 2018

0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
Constance Madaule, celle qui murmure à l'oreille des vers à soie
Elle se rêvait vétérinaire et se dirigeait vers la recherche en agronomie. Finalement, Constance Madaule, 28 ans, est devenue entrepreneuse, avec le poids de l'avenir d'une filière totalement relancée sur ses épaules. Pour la cofondatrice de la startup Sericyne – qui produit une soie non tissée mise en forme directement par des vers à soie agissant comme des imprimantes 3D –, son aventure professionnelle inattendue et iconoclaste a commencé au Burkina Faso. « Je m'y étais rendue pendant mon année de césure pour aider un jeune entrepreneur local à commercialiser la chenille de karité. J'ai adoré et ai pris goût à l'entrepreneuriat », nous raconte cette ingénieure agronome, diplômée d'AgroParisTech. Six mois après son retour en France, elle fait la connaissance de Clara Hardy, étudiante à l'École Boulle.

« Le procédé inédit de fabrication de la soie, c'est son idée. Pendant son année de Master en design à l'École normale supérieure, elle cherchait une ingénieure pour développer un projet interdisciplinaire. C'est comme ça qu'on a commencé à travailler ensemble », détaille Constance Madaule, Parisienne pur jus férue de nature et de chevaux. Sericyne est née. Pendant un an, les deux amies et associées produisent leur soie dans la chambre de l'appartement parental, avant de s'installer dans un atelier au 104, à Paris. Depuis novembre 2017, la startup est résidente à Station F et a monté sa première manufacture dans les Cévennes, où elle a carrément relancé un métier qui avait disparu en France depuis les années 2000.

« J'ai dû notamment appeler tous les musées pour avoir les contacts des derniers éleveurs français de vers à soie. Ils sont tous septuagénaires et travaillent aujourd'hui pour nous, en partageant leur savoir-faire unique avec leurs petits-enfants, qui devront prendre le relais. On a vraiment l'espoir de pérenniser la relance d'une filière qui n'existait plus. Savoir que nous pouvons redynamiser un territoire en relançant toute une filière agricole de A à Z est un énorme défi que nous voulons relever. » C'est aussi beaucoup de pression et de travail. « Je suis très fière quand j'arrive dans les Cévennes, que je vois nos quatre salariés, nos éleveurs et nos vers. Cela me fait toujours quelque chose et c'est ce qui m'anime. Mais je ne me vois pas faire cela toute ma vie, ou alors en déléguant beaucoup plus », confie l'ancienne ingénieure du laboratoire de recherche sur la maladie de Parkinson de l'université de Harvard.

Teintée, plissée, brodée, découpée au laser, la soie de Sericyne vise aussi bien la haute couture que la décoration. La startup compte déjà parmi ses clients de grandes maisons du luxe. « On ne vend qu'en B2B », précise Constance Madaule, demi-finaliste dans la catégorie Création du prix « Business with Attitude », lancé en 2017 par Madame Figaro avec le soutien de Longchamp et le partenariat de EY.
Plus de contenus

Olivier Macard

associé EY, en charge du secteur Distribution et Consommation pour la France
Entre euphorie et agonie, la distribution contrainte à une mue brutale
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}