Hugo Meunier, ou la « green révolution » éthique et esthétique

La rédaction de Questions de transformation- 22 février 2018

0
1
1
Inscrivez-vous
à la newsletter
Hugo Meunier, ou la « green révolution » éthique et esthétique
La ville de demain doit être verte. C'est la conviction d'Hugo Meunier. Parce que la nature a un effet positif sur l'humain ou parce que l'enjeu environnemental est crucial ? Les deux, rétorque le cofondateur de Merci Raymond, collectif réunissant des jardiniers créatifs, déterminés à redonner place au végétal dans le milieu urbain en France. « Ce n'est pas le modèle de la ville qu'il faut imposer à la campagne, mais celui de la campagne qu'il faut imposer à la ville. Quand on voit les avancées réalisées grâce à la révolution numérique en matière d'innovations vertes, on a beaucoup de retard. Il faut aller vers la permaculture, l'agriculture urbaine... Au quotidien, dans les villes, ça reste compliqué », constate cet ancien chargé de mission et rapporteur au Conseil national du numérique.

Engagé pour la revégétalisation des villes, avec Paris comme premier terrain de jeu, Hugo Meunier, diplômé de Paris Dauphine et Paris I, peut déjà être fier de son bilan : en deux ans, Merci Raymond a déjà planté plus de 10 000 plantes en milieu urbain, végétalisé 4200 m2 d'espaces et a agi dans 8 villes de France. Le collectif a même été sélectionné pour œuvrer à Station F. « C'est mon grand-père Raymond qui nous a transmis le virus de l'agriculture et cette passion. On souhaite redorer l'image de l'agriculture urbaine. Ce nouveau permis de végétaliser est une bonne idée, mais il faut également penser sur le long terme, ça demande de l'entretien », confie celui dont le leitmotiv résume la philosophie activiste et entrepreneuriale, « n'attendons pas, agissons ». Avec lui, rues, rooftops, stores, bureaux et même collections de vêtements sont devenus des supports pour incarner la « green révolution » de façon aussi éthique qu'esthétique.
Plus de contenus
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}