Hugo Sallé de Chou a transformé sa citrouille en carrosse

La rédaction de Questions de transformation- 18 octobre 2018

0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
Hugo Sallé de Chou a transformé sa citrouille en carrosse
Sur le marché français du paiement digital dématérialisé, des pépites façonnent l'avenir du paiement. C'est le cas de Pumpkin, application mobile de paiement et de remboursement instantané entre particuliers, gratuite et 100 % sécurisée. Avec ses 10 millions d'euros échangés et ses 450 000 utilisateurs, la startup lilloise, rachetée en juillet 2017 par Crédit mutuel Arkéa, invente une manière ultra efficace d'effectuer virements et remboursements par simple commande sur un smartphone. « Notre appli permet d'envoyer de l'argent à un ami en un clic. L'utilisateur peut ensuite virer l'argent sur son compte bancaire ou le conserver sur son compte Pumpkin pour lui-même rembourser un autre ami. Tout est gratuit. Sur Pumpkin, les personnes ne s'échangent pas seulement de l'argent, elles partagent aussi des bons moments. Nous avons souhaité insérer un aspect social à ces transactions, notamment grâce à des likes et des commentaires », explique le cofondateur Hugo Sallé de Chou.

Encore étudiant à l'EDHEC après avoir décroché une licence en droit, il part aux États-Unis pour participer à l'ouverture du bureau de Dailymotion à San Francisco. C'est en Californie que l'entrepreneur découvre Venmo, une solution de paiement entre particuliers qui lui donne des idées : « C'est en 2014 que l'idée de l'application est née sur le coin d'une feuille. Avec mes deux associés, comme moi étudiants et concernés par les problèmes liés aux différents remboursements du quotidien, nous avons développé Pumpkin avec un objectif : transformer le paiement et les transactions en quelque chose de fun et ludique pour effacer toutes les frustrations liées aux échanges d'argent entre particuliers. »

Avec Pumpkin, qui avait levé 2,6 millions d'euros en deux temps avant qu'Arkéa, déjà propriétaire de Leetchi, se paye 80 % du capital, plus besoin d'IBAN, de conseiller bancaire ni de validation sous 48 heures. Envoyer ou demander de l'argent à n'importe qui se fait simplement et rapidement grâce à son numéro de téléphone. « Avec la carte bancaire, l'argent s'est dématérialisé et est devenu beaucoup plus accessible, du moment que le destinataire de la transaction est en mesure d'accepter un paiement par carte. C'est là que les choses se compliquent : alors que je peux payer une baguette de pain à 1 € en approchant ma carte d'un terminal, cela peut prendre jusqu'à 48 heures pour rembourser 7,5 € à mon collègue qui m'a gentiment avancé mon sandwich au déjeuner », assure Hugo Sallé de Chou pour justifier l'utilité de son application. En y injectant 15 millions d'euros sur trois ans, Arkéa entend en faire une néobanque pour séduire les 16-25 ans ultra connectés.
Plus de contenus

Julia Amsellem

associée EY-Parthenon en charge du Luxe, du Retail et des Biens de consommation
Des opportunités pour un luxe plus responsable et plus digital
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}