Karima Delli, la sobriété heureuse au Parlement européen

La rédaction de Questions de transformation- 02 février 2018

0
0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
Karima Delli, la sobriété heureuse au Parlement européen
Les « success stories » à la française existent aussi en politique, et Karima Delli, 38 ans, en est l'incarnation. Issue d'une famille de 13 enfants, la députée européenne – présidente de la Commission des transports et du tourisme depuis un an – confirme l'adage « quand on veut, on peut ». Si elle n'a pas connu non plus une enfance « à la Dickens » dans une petite résidence ouvrière de Tourcoing, elle a subi des « vexations » ayant « forgé [son] caractère ». « Ces injustices (...) ont renforcé ma volonté de me battre pour rendre les citoyens plus égaux entre eux », écrit-elle dans sa biographie parue en 2014, La politique ne me fait pas perdre le Nord (éditions La Tengo). 

Après un BTS en action commerciale, un cursus en fac de droit puis un DEA à Sciences Po Lille, elle devient assistante parlementaire de la sénatrice écologiste Marie-Christine Blandin : militante et activiste, la chantre de « l'écologie populaire » découvre la politique sous les ors du Palais du Luxembourg. Elle prend conscience des problèmes de logement à Paris, intègre le collectif Jeudi Noir, dort dans une tente au bord du canal Saint-Martin en 2007 et donne de son temps pour « Sauvons les riches ».

Forcément, elle tape dans l'œil de Daniel Cohn-Bendit, qui apprécie ses talents d'agitatrice et son parcours. Propulsée en 4e position sur la liste EELV pour l'Île-de-France aux européennes en 2009, elle débarque à Bruxelles à 29 ans seulement. C'est alors la deuxième plus jeune députée de l'UE. Réélue le 25 mai 2014 mais cette fois chez elle, dans le Nord-Ouest, Karima Delli est chargée d'un rapport sur la mobilité urbaine durable quand éclate le scandale Volkswagen. Elle se spécialise peu à peu sur la question de la pollution de l'air.
C'est que l'ex-secrétaire fédérale des Jeunes Verts est « née écolo », comme elle le confie elle-même. « Je n'ai jamais manqué de rien, mais comme dans toute famille nombreuse, on faisait attention à tout : l'eau, l'électricité, le chauffage, l'alimentation », expliquait-elle pendant sa campagne aux primaires d'Europe Écologie-Les Verts pour l'élection présidentielle. Elle profite de cette scène nationale médiatique pour promouvoir le renouveau du personnel politique. « Quand j'étais plus jeune, je pensais que les institutions étaient inaccessibles. Aujourd'hui, j'ai envie d'ouvrir les portes et les fenêtres et de dire à tous les jeunes de milieu populaire : vous avez aussi votre place », assurait-elle à Elle en 2014.
Féministe convaincue – « arrêtons de croire que nous ne sommes pas aussi compétentes que les hommes ! » –, Karima Delli pense fermement que « l'écologie est un projet global ». Fan de Marguerite Duras et de Françoise Sagan, elle défend d'ailleurs la sobriété heureuse de... Pierre Rabhi. Tout est dit...
Plus de contenus

Olivier Macard

associé EY, en charge du secteur Distribution et Consommation pour la France
Entre euphorie et agonie, la distribution contrainte à une mue brutale

Julia Amsellem

associée EY-Parthenon en charge du Luxe, du Retail et des Biens de consommation
Des opportunités pour un luxe plus responsable et plus digital
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}