Morgane Barthod fait souffler le vent du big data sur l'éolien

La rédaction de Questions de transformation- 13 juillet 2017

0
2
Inscrivez-vous
à la newsletter
Morgane Barthod fait souffler le vent du big data sur l'éolien
Dans le secteur de l'énergie, anticiper c'est économiser. Grâce aux objets connectés et au big data, l'industrie 4.0 développe la logistique prédictive. Sur ce marché en plein essor, la startup meteo*swift a développé un outil de prévision de la production d'énergie éolienne qui permet aux clients, dont Enedis, de réduire les pénalités dues au règlement des écarts et de déployer de nouvelles stratégies de vente dans le réseau. La fondatrice et PDG de cette pépite française de l'innovation de rupture n'a que 25 ans. Diplômée de l'Ecole polytechnique et de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, Morgane Barthod a « toujours été passionnée par les thématiques environnementales et énergétiques », confie-t-elle. C'est d'ailleurs au cours de son dernier stage, dans un bureau d'études éolien (Meteolien), que meteo*swift prend forme. Lauréate de la bourse X-Grant Silicon Valley en 2016, elle reçoit plus de 30 000 euros et embauche sa première collaboratrice. Le coup de pouce la conforte dans son objectif. « En recevant ce prix, j'ai eu la confirmation, par un panel de professionnels connus et reconnus, de l'innovation que représentait meteo*swift au cœur d'un secteur aussi mouvant que celui de l'éolien. J'ai toujours voulu jouer un rôle dans ce domaine qui mature de jour en jour », explique l'ex-analyste d'Engie. Presque deux ans après la création de sa startup, Morgane Barthod a été distinguée, en juin dernier, lors des prix Innovators Under 35 de la prestigieuse MIT Technology Review. Elle est l'une des jeunes entrepreneuses à suivre. Et à l'écouter parler de meteo*swift, on comprend pourquoi. « Si les productions sont précisément quantifiables pour le charbon ou le nucléaire, l'énergie éolienne est plus difficile à maîtriser. Auparavant, les parcs éoliens pouvaient injecter de l'électricité dans le réseau à tout instant. Désormais, depuis la loi de transition de 2015, ils doivent annoncer la veille leur prévision de production distribuée dans le réseau. Si le parc ne respecte pas cette loi, il est soumis à des pénalités. » Aujourd'hui basée à Grenoble et à Toulouse, meteo*swift séduit donc forcément. La jeune entreprise a récemment signé ses premiers contrats avec d'importants exploitants de parcs éoliens, dont Boralex, des agrégateurs de production électrique comme Solvay, et le grand groupe allemand Uniper. L'extension à l'international est engagée ; pour l'accélérer, Morgane Barthod va réaliser une première levée de fonds fin 2017. « A court terme, l'objectif de meteo*swift est d'obtenir un maximum de cas d'usages pour, au-delà de la vente, affiner leurs probabilités et leurs algorithmes. C'est à partir de cette base d'information que cette nouvelle startup aura un business model scalable », précise-t-elle. 
Plus de contenus

Julien Vidal

Fondateur du projet associatif « Ça commence par moi » (CCPM)
Julien Vidal nous rappelle que tout commence aussi par nous
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}