Nicolas Bustamante, le Français qui construit le Google du droit

La rédaction de Questions de transformation- 15 mars 2017

0
44
Inscrivez-vous
à la newsletter
Nicolas Bustamante, le Français qui construit le Google du droit
Depuis presque un an, alors que le marché de la « legal tech » se développe en France, une startup de l'Hexagone utilise l'intelligence artificielle, donc des bots et des algorithmes, pour développer le futur Google du droit. « Contrairement aux idées reçues, les Américains ne sont pas en avance sur les Français dans l'IA », assure Nicolas Bustamante, 21 ans, cofondateur de Doctrine.

Ancien élève déserteur de l'École normale supérieure, le jeune entrepreneur est revenu de la Silicon Valley avec une idée : développer un moteur de recherche juridique qui utilise l'intelligence artificielle pour simplifier le travail des avocats. Un an après sa création, Doctrine a séduit 5 000 avocats en France et levé 2 millions d'euros. Lauréate des challenges EY lors de Viva Technology Paris 2016, la plateforme est déjà utilisée par près d'un tiers du Legal 500 et s'attaque désormais à une profession potentiellement preneuse de sa base de données simplificatrice, les juristes d'entreprises.
 
« Lorsque nous étions à San Francisco avec mes associés, l'un des fondateurs d'une startup, qui souhaite uberiser les avocats, nous a confié que s'il était possible de "disrupter" la profession, c'était uniquement parce que les avocats utilisent des outils qui ne sont absolument pas adaptés au 21e siècle. Doctrine.fr utilise l'intelligence artificielle au service de l'avocat et non à son détriment », raconte Nicolas Bustamante.

Il l'assure avec fierté, mais sans forfanterie : « Nous avons conçu le moteur de recherche de décisions de justice le plus simple, le plus rapide et le plus exhaustif du marché. Nous faisons gagner en moyenne 3 heures par semaine aux avocats. » Avec son équipe de 25 ans de moyenne d'âge, composée d'ingénieurs informatiques, de thésards en droit et de juristes, Doctrine « permettra, à terme, de prédire le résultat d'une décision de justice en analysant à la volée des millions de décisions ». Le modèle économique actuel est simple : un abonnement résiliable à tout moment de 129 euros par mois. 

Plus de contenus

Olivier Macard

associé EY, en charge du secteur Distribution et Consommation pour la France
Entre euphorie et agonie, la distribution contrainte à une mue brutale
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}