Pour Antoine Tournet, innover dans le drone n'a rien de gonflé

La rédaction de Questions de transformation- 08 novembre 2018

0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
Pour Antoine Tournet, innover dans le drone n'a rien de gonflé
Un Diodon, vous savez ce que c'est ? Selon le dictionnaire, c'est une espèce de poissons exotiques capables de se gonfler pour effrayer ses agresseurs. Selon Antoine Tournet, Diodon est un drone qui se gonfle rapidement avec une pompe à air, qui vole, flotte et peut décoller et atterrir n'importe où, y compris sur l'eau. Cofondateur de Diodon Drone Technology, le tout récent diplômé en génie industriel de l'ISAE-Supaéro de Toulouse, où il a développé avec Roman Luciani son robot volant innovant, assume son ambition : « Devenir le leader français du drone "durci" dans le secteur de la défense et, à plus long terme, celui de leader de la robotique "durcie". » 
Fabriqués en France dans un matériau textile souple et incassable provenant de l'aéronautique, les premiers démonstrateurs, qui se replient lors de leur transport, sont commercialisés depuis juin. La livraison des premiers exemplaires a débuté en novembre. Le CEO de la startup toulousaine espère en vendre une trentaine d'unités l'an prochain sur les marchés de la défense et de la sécurité civile : « Les professionnels de la sécurité, du secours à la personne ont besoin d'un support léger, flexible et tout terrain, capable d'évoluer en milieu difficile. » Quel que soit l'usage, Diodon présente l'intérêt de se plier. Quand il l'est, il mesure 20 cm, contre une envergure d'un mètre quand il est déployé.
« Avec Roman nous sommes passionnés de kitesurf, donc nous proposons aussi le drone à des sportifs, un public en quête d'aventures qui souhaite filmer ses performances », ajoute le jeune entrepreneur qui, grâce à une subvention de la Fondation de son école, a pu engager sa startup dans le dépôt de brevet d'une « technologie de structure gonflable constituée de quatre bras disposés en croix, chacun équipé d'un moteur. Au centre, un boîtier contient l'électronique de contrôle et la caméra ».
La structure extérieure est une peau rigide en synthétique dans laquelle s'intègre une chambre à air qui amortit les chocs et les vibrations. Autre avantage, en cas de chute en mer ou dans un lac, le robot hélicoptère, qui se pilote manuellement ou automatiquement, est insubmersible et son électronique est étanche.
Diodon Drone Technology, qui compte 4 personnes (deux ingénieurs, un commercial et un développeur), a autofinancé ses développements et bénéficié des subventions accordées notamment par le concours Coup de pouce de l'Occitanie, dans la catégorie Graine d'entrepreneurs au titre du défi de renouveau industriel. 
Plus de contenus
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}