Pour Gilles Moyse, l'intelligence artificielle va révolutionner les médias

0
44
0
Chez Gilles Moyse, 37 ans, l'intelligence artificielle de Récital, sa nouvelle aventure entrepreneuriale, n'est que le prolongement d'une passion enfantine puis estudiantine. « J'ai commencé à jouer avec les ordinateurs à l'âge de 3 ans. Enfant, je jouais aux jeux vidéo, ado, je les programmais », avoue-t-il. Thésard à l'université Pierre-et-Marie-Curie, il s'est presque logiquement intéressé à la génération de texte. Un an et demi plus tôt, cofonder Rocket Labs n'avait été que le prolongement d'un premier parcours professionnel méthodique et synergique.

« J'ai découvert un autre aspect de l'informatique chez Capgemini, dont le business, le service client et la gestion d'équipe. Chez EY, j'ai réorganisé des entreprises et restructuré des départements. Puisque je connaissais l'entreprise, les missions à l'international, le public, le privé, en tant qu'employé, en tant que freelance, il ne restait plus qu'à lancer ma 1ère startup », confirme l'ancien speaker du « Tribunal pour les Générations Futures ».

En mars dernier, il décide de monter une nouvelle startup d'intelligence artificielle dont l'objectif est d'extraire l'intelligence du texte via des techniques de traitement automatique du langage. Il nous explique : « Récital est constituée autour d'une équipe de data scientists de haut niveau qui s'intéressent pour l'instant à trois types de contenus : les e-mails, pour en automatiser le traitement, les articles de presse, pour les résumer, et les bases de documents, pour en permettre la consultation via chatbot. »

Cofondée avec Frédéric Allary, Récital veut participer à une nouvelle révolution, celle de la production des contenus médias. « Si la diffusion des médias a largement profité de la digitalisation, leur production est encore largement manuelle. » Plus pour longtemps, selon Gilles Moyse. 
{POPUP_CONTENT}