Quentin Reygrobellet, la beauté au masculin

La rédaction de Questions de transformation- 08 juin 2017

0
44
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
Quentin Reygrobellet, la beauté au masculin
Eh non, le marché très porteur de l'e-commerce beauté et des box très tendance n'est pas l'apanage des jeunes entrepreneuses. Les hommes aussi y ont droit de cité, la preuve avec Quentin Reygrobellet. Devenu directeur général de Birchbox France l'an passé, après quatre ans à la direction commerciale Europe du premier expéditeur de colis beauté en France, l'ancien analyste de marché pour la Société Générale a déjà réussi à « imposer une nouvelle manière d'expérimenter et d'acheter la beauté, qui impacte de façon irréversible le marché sur lequel Birchbox opère »

Titulaire d'un master en finance et en management de l'université Paris Dauphine et de l'East China Normal University, il quitte l'univers de la finance pour celui de la beauté en cofondant JolieBox. Un an après ses débuts, l'enseigne est vendue à l'américain Birchbox en 2012, et l'ancien étudiant de la prestigieuse université suédoise de Lund prend les commandes commerciales du groupe en Europe. En remplaçant son ancien partenaire de JolieBox, Quentin Vacher, à la direction générale France en 2016, il continue de développer l'activité du spécialiste de l'e-commerce beauté dans l'Hexagone pour y asseoir sa place de leader. « Cinq ans et trois levées de fonds après son lancement, Birchbox est le premier expéditeur de colis beauté en France », se félicite le jeune patron. Depuis quelques semaines, Birchbox a ouvert un magasin à Paris. Il n'est pas éphémère : « Notre principale différence, c'est surtout notre concept unique. La Box est un excellent moyen de vente, un excellent outil marketing. Nous proposons à un chef de produit ou responsable marketing de placer son produit directement chez la consommatrice, en fonction de son profil, de ses attentes, de ses usages... Birchbox offre une expérience non pas différente de celle de la distribution classique, mais meilleure. Nous prouvons chaque jour que notre modèle fonctionne : un million de personnes sont abonnées dans le monde, et une abonnée sur deux fait son shopping beauté sur l'e-shop », explique Quentin Reygrobellet. 
Plus de contenus

Olivier Macard

associé EY, en charge du secteur Distribution et Consommation pour la France
Entre euphorie et agonie, la distribution contrainte à une mue brutale

Julia Amsellem

associée EY-Parthenon en charge du Luxe, du Retail et des Biens de consommation
Des opportunités pour un luxe plus responsable et plus digital
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}