Rachel Vanier, une geek entre deux mondes

0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
Rachel Vanier, une geek entre deux mondes
Quand on est la fille d'un ingénieur Linux certifié et qu'on a grandi dans une famille de geeks – « Mon père me faisait monter des unités centrales d'ordinateur quand j'étais petite » –, s'épanouir dans l'écosystème des startups et de l'innovation digitale n'a rien d'étonnant. « J'ai plus d'appétence naturelle pour les nouvelles technologies que pour l'entrepreneuriat, mais travailler dans cet univers n'était pas non plus un rêve d'adolescente », nous confie la directrice de la communication de Station F, le campus incubateur de startups inauguré à Paris par Emmanuel Macron il y a trois mois. Née à Budapest en 1988, Rachel Vanier a d'abord voulu s'éloigner de la « tech » en choisissant des études littéraires classiques, hypokhâgne et Sciences Po Paris. Mais quand il a fallu entrer dans la vie active, elle a plongé dans le monde de l'innovation et des startups, entre Paris et San Francisco. « Il y a cinq ans, mon premier job était dans une petite startup de quatre personnes, avec un petit salaire. J'aurais pu choisir plus grand et mieux payé, mais c'était le cadre qu'il me fallait », nous avoue celle qui, en parallèle, mène une carrière d'écrivaine. Après Hôtel International, sorti aux éditions Intervalles en 2015, Écosystème, paru en juin dernier, constitue son deuxième roman. « Il a fallu que je franchisse des barrières psychologiques pour me lancer dans l'écriture, d'autant que l'édition est un milieu fermé où il n'est pas évident de faire sa place. C'est comme les anecdotes sexistes que je dois encore affronter comme écrivaine, cela oblige à être armée. Moi, ça ne me tétanise plus, mais je sais que cela peut freiner d'autres femmes », assure celle qui dit s'intéresser à sa génération. Est-ce que la Rachel des startups est impactée par la Rachel romancière ? « Les livres n'ont pas changé ma carrière, répond-elle. C'est juste que cela peut encore surprendre de mener de front deux carrières a priori contradictoires. »
Plus de contenus

Olivier Macard

associé EY, en charge du secteur Distribution et Consommation pour la France
Entre euphorie et agonie, la distribution contrainte à une mue brutale
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}