Timothée Boitouzet, l'architecte qui réinvente le bois pour révolutionner le bâtiment

0
44
0
« Dans la ville du futur, les tours de La Défense seront en bois. » L'assertion de Timothée Boitouzet est-elle aussi utopique que l'île de Thomas More ? Élu jeune innovateur français de l'année 2016 par le MIT Technology Review, l'architecte trentenaire au physique de jeune premier d'Hollywood croit dans son invention, un bois translucide et imputrescible.
Ce matériau nouvelle génération, le diplômé de Harvard l'a imaginé, conçu puis breveté avant de créer son entreprise, Woodoo.
« Pour développer les villes de demain, nous aurons besoin de construire plus vite, de manière plus dense, plus respectueuse de l'environnement. Le bois sera la solution, reconstitué à l'échelle moléculaire pour en faire un matériau hyper-résistant », assure celui qui se décrit comme un « hyperactif ayant toujours eu des intérêts dans plein de domaines ».

C'est sa curiosité qui l'a amené à 20 ans à partir étudier au Japon, où il commence à rechercher de nouvelles façons de travailler sa matière de prédilection. Notamment « en incorporant la technologie ».
Après s'être initié à la biologie moléculaire à Harvard, il revient en Europe et travaille pour des cabinets de renom au Danemark, en Suisse et à Paris.
Presque quatre ans plus tard, Timothée Boitouzet est un architecte engagé audacieux, en passe de réussir son objectif : « réinventer le bois afin de le renforcer et attaquer le marché du bâtiment ». Son bois translucide transformé, à base de monomères biosourcés, est unique.

« Grâce à notre invention, nous évitons le gaspillage de bois de piètre constitution pour le transformer en bois d'excellente qualité », se réjouit également cet écologiste dans l'âme.
Premier pays producteur de bois sur pied, « mais dernier pays à l'utiliser », la France peut compter sur son architecte prodige pour résoudre un défi essentiel de la ville du futur : « Demain, avec la croissance démographique, il va falloir loger encore plus de personnes. Il est essentiel de penser à des constructions plus saines et plus respectueuses de la planète ».
{POPUP_CONTENT}