Souscrire à la newsletter hebdomadaire

Édition du vendredi 23 juin 2017

ON EN PARLE
Section

Au Bourget, l'aéronautique affiche sa transformation

ImageArticle

Depuis le 19 juin et jusqu'au dimanche 25, le Salon du Bourget confirme que l'aéronautique n'a pas raté le virage de la transformation. En 2016 dans le monde, secteur spatial compris, les 20 plus gros acteurs de l'industrie affichaient un chiffre d'affaires cumulé de 347,7 milliards de dollars. Autant dire que quand le secteur innove pour se transformer, les enjeux économiques sont énormes. Pour la maintenance de ses avions Rafale et Falcon, Dassault Aviation a par exemple décidé d'aborder la réalité mixte à travers les lunettes HoloLens de Microsoft. Pendant le Salon du Bourget, les mécaniciens équipés pourront visualiser la maquette numérique de l'appareil sur lequel ils interviennent. Chez Dassault Aviation, le directeur de la transformation numérique, Jean Sass, estime que l'utilisation d'HoloLens ouvre de nouvelles perspectives tout à la fois en termes de conception, de fabrication et de maintenance, explique Le Monde Informatique. « La réalité mixte va contribuer à accélérer la transformation de nos process de travail, en privilégiant deux éléments clés que sont le facteur humain et la continuité numérique », y précise Jean Sass.

Toujours pendant la grand-messe annuelle internationale de l'aéronautique, Michelin et Safran présentent en exclusivité mondiale le premier pneumatique connecté pour avion. Intitulée « PresSense », l'innovation désigne un capteur électronique de pression installé directement dans le pneu et destiné à faciliter les opérations de maintenance au sol. Avec un capteur électronique qui récolte les informations concernant la pression des pneumatiques et transmet ces données numériques à distance, « PresSense » se présente donc comme une solution sans fil fonctionnant sous forme de système embarqué. Tout ceci sans intervention sur le pneu, grâce à un lecteur connecté à un
smartphone et relié à une base de données, comme l'explique Michelin dans un communiqué de presse  publié le 20 juin.


Le jour de l'ouverture du Salon, le PDG de Thales, Patrice Caine, assurait fièrement que cet autre leader français allait « devenir un champion mondial du digital », dans un entretien accordé à Challenges. Trains et avions autonomes, guerre électronique, haut débit en vol, intelligence artificielle : Patrice Caine y détaille la stratégie digitale de Thales. « Nous avons mis en place un plan d'investissement clair sur quatre technologies prioritaires pour créer de l'innovation de rupture. La connectivité, avec tous les enjeux autour de l'Internet des objets. L'exploitation des énormes flux de données accessibles, ce qu'on appelle communément le big data. L'autonomie des plateformes et des systèmes, pour s'assurer, grâce à des algorithmes, que la décision de la machine soit aussi pertinente que la décision humaine. Enfin, la cybersécurité. Depuis trois ans, nous avons consacré 1 milliard d'euros à ces technologies, et ce n'est que le début», énonce le patron de Thales.

MATIÈRE À DÉBAT
Section

« Dans nos métiers de services, l'interaction humaine va rester centrale »

Entretien : Michel Landel - Directeur général de Sodexo
« Dans nos métiers de services, l'interaction humaine va rester centrale »

Le secteur des services aux entreprises et à la personne bénéficie pleinement de la révolution numérique. Le groupe Sodexo, créé en 1966 à Marseille par Pierre Bellon et désormais coté au CAC 40, est devenu le leader mondial des services de qualité de vie. Sa transformation digitale repose avant tout sur l'humain, côté clients et collaborateurs.

En savoir plus...
Partager sur twitter Partager sur LinkedIn Partager sur facebook
LE MILLENNIAL DE LA SEMAINE
Section

Bénédicte de Raphélis Soissan invite le big data dans les RH

ImageArticle

« Que ce soit dans le monde de l'économie sociale et solidaire ou du conseil en stratégie, j'ai toujours eu envie de construire de A à Z. » Il a pourtant fallu attendre cinq années passées dans le conseil pour que l'entrepreneuse se lance dans l'aventure Clustree, la startup de recommandations RH qu'elle a créée en 2013. « Je n'ai jamais été aussi heureuse que depuis que j'entreprends, confie-t-elle aujourd'hui. Et dire qu'au départ, j'avais contacté un grand groupe pour développer l'outil chez eux. Le jour où j'ai décidé de le faire par moi-même, j'ai pris la meilleure décision de ma vie professionnelle », ajoute l'ancienne analytics manager à la Chambre régionale économie sociale & solidaire de Marseille.

Diplômée de mathématiques appliquées à la gestion, la Sudiste envisage de se reconvertir en quittant Intelleco en juillet 2013. Méthodique comme la gestionnaire et arithméticienne qu'elle est, elle épluche 500 CV proches du sien afin de trouver la voie qu'elle pourrait suivre. Sans le savoir, elle vient de mûrir l'idée de Clustree.
Pour sa plateforme de recommandations RH dédiée à la gestion des carrières et au recrutement, Bénédicte de Raphélis Soissan lève initialement 600 000 euros, avant d'y ajouter 3,1 millions en 2015, l'année où la jeune pousse du big data et de l'intelligence artificielle pour la mobilité interne et les recrutements remporte le trophée de la startup digitale de l'année. Début juin 2017, la jeune pousse parisienne annonce un troisième tour de financement, de 7 millions d'euros, auprès du fonds d'investissement d'origine suédoise Creandum et des français Idinvest Partners et Alven Capital. En exploitant une plateforme d'analyses data disponible en mode SaaS et destinée aux responsables RH pour le recrutement et le suivi des carrières des collaborateurs en entreprise sous un angle de coaching, Clustree a séduit des entreprises dans plus de 30 pays, avec des références tricolores comme Orange, Crédit Agricole, SNCF, Carrefour et L'Oréal. Sur le bien-être au travail, la cheffe d'entreprise possède une vision claire: « Il est important, selon moi, de le penser de façon individuelle et collective. Et la première chose, c'est la bienveillance. Il faut créer une véritable culture du "care". Il y a encore sans doute besoin d'encore plus de transparence ou de liberté de parole. »

{POPUP_CONTENT}