Découvrez-en plus sur notre page Facebook
Souscrire à la newsletter hebdomadaire

Édition du vendredi 13 juillet 2018

0
0
0
ON EN PARLE
Section

Quand vélo rime avec « cocorico »...

Partager sur twitter Partager sur LinkedIn Partager sur facebook Partager par mail

ImageArticle

Pendant que les Bleus de Didier Deschamps enflamment la France, les cadors de la petite reine pédalent sur les routes du Tour de France. La Grande Boucle est le troisième événement sportif le plus suivi au monde, juste derrière la Coupe du monde de football et les Jeux olympiques. Mais contrairement aux autres grandes compétitions internationales, le Tour de France ne fait pas payer directement les 12 millions de spectateurs qui se massent le long des 3 000 kilomètres de route. Pour les aficionados qui regardent la plus prestigieuse course cycliste du monde devant leur écran, ils peuvent depuis cette année y voir la vitesse en temps réel des cyclistes. Comme l'explique Les Echos, « un tracker GPS est désormais placé sous la selle de chaque participant, émettant sa position géographique et calculant sa vitesse réelle. Le système est ainsi en mesure de déterminer le temps qui sépare une échappée du peloton. Chaque étape émet 150 millions de données. De quoi être immergé dans la course. »

Dans son édition en ligne du week-end, le quotidien économique rappelle que si l'Hexagone attend son maillot jaune sur les Champs-Élysées depuis 1985, « sur le terrain industriel, en revanche, la petite reine française continue de pousser, année après année, un vibrant "cocorico". Les deux-roues et les équipements cyclistes "made in France" font bien mieux que résister à la concurrence étrangère, ils marquent des points ». Profitant de la « boboïsation » du vélo, moyen de transport urbain très prisé des Millennials, les fabricants tricolores montent en gamme pour rester en tête du peloton. « Dans la pratique, patriote ou pas, cycliste du dimanche ou rouleur chevronné, le cycliste français peut entièrement s'équiper d'articles fabriqués sur le territoire national. Des pneus aux cuissards, en passant par le bidon, les roues, le cadre ou les lunettes, l'industrie domestique fait toujours vivre des milliers de salariés en s'appuyant sur des entreprises souvent plus que centenaires, aux marques respectées de tous les accros du gruppetto », écrit Les Echos .

Si la bicyclette d'Yves Montand séduit les citadins en plein désamour avec la circulation automobile en ville, c'est qu'elle a su s'adapter et innover. « Les vélos et scooters électriques rendent perplexes les régulateurs, autant qu'ils intéressent les consommateurs et les investisseurs », assure Le Nouvel Économiste. Tirée d'une traduction d'un article publié par The Economist, l'enquête du journal économique français constate que si les villes chinoises sont aux avant-postes de l'invasion silencieuse des véhicules électriques à deux roues, la révolution de la mobilité urbaine se déroule également en Occident. « Mais avec une particularité que ne connaît pas encore la Chine : les sociétés de location de scooters électriques. Elles sont en train de prendre d'assaut de nombreuses villes américaines et sur le point de débarquer en Europe. »

Dans cette mutation des mobilités urbaines, quelles grandes villes françaises sont les plus avancées ? Une étude de Greenpeace France a passé au crible douze des grandes agglomérations hexagonales, en collaboration avec le Réseau action climat (RAC) pour évaluer les politiques mises en place. Résultat ? Nantes, Grenoble, Paris et Strasbourg sont les mieux classées, à l'inverse de Nice, Marseille, Rennes et Montpellier. « Pour évaluer l'efficacité d'une démarche d'encouragement de la mobilité durable, il faut s'arrêter sur trois critères centraux : renforcement de l'offre de transport en commun, mise en place d'un réseau express vélo, incitations au changement de comportement vers une réduction de l'usage de la voiture individuelle », précise RSE Magazine

Vous aimez cette newsletter ? Partagez-là !
MATIÈRE À DÉBAT
Section

« L'intelligence artificielle offre de belles perspectives mais les limitations restent encore importantes »

Partager sur twitter Partager sur LinkedIn Partager sur facebook Partager par mail
Entretien : Édouard d'Archimbaud - responsable du Lab Data Science & Intelligence Artificielle de BNP Paribas CIB
« L'intelligence artificielle offre de belles perspectives mais les limitations restent encore importantes »

Par sa capacité à automatiser le traitement des données, l'intelligence artificielle s'impose comme un outil de choix pour les banques. La protection des données clients amène le secteur à internaliser la technologie. BNP Paribas a créé, en 2016, un Lab consacré à la data et à l'intelligence artificielle au sein de son entité Corporate and Institutional Banking (CIB), dédiée à ses clients entreprises et institutionnels. Plusieurs réalisations, utilisables par tous les collaborateurs du groupe, ont déjà vu le jour autour de l'analyse des données non structurées.

En savoir plus...
LE MILLENNIAL DE LA SEMAINE
Section

François Schaub croît en une mobilité durable, surtout à vélo

Partager sur twitter Partager par mail

ImageArticle

« Les entreprises sont confrontées à une obligation croissante de proposer à leurs salariés des modes de déplacements alternatifs crédibles, moins polluants, tout en conservant la souplesse du transport individuel. Parmi ceux-là, le vélo à assistance électrique et le scooter électrique bénéficient d'un grand succès dans le secteur grand public, mais souffrent d'un manque de services à valeur ajoutée auprès des entreprises. » Ce constat aujourd'hui évident l'était moins en octobre 2008 quand François Schaub a lancé Green On, avec Arthur Schulz. L'ambition ? Proposer aux employeurs une solution clés en main incluant tous les éléments nécessaires au succès d'une flotte de deux-roues partagés dans l'entreprise. Presque dix ans après ses débuts, le fournisseur et opérateur de mobilité à vélo a participé au déploiement de 60 offres de vélos en libre-service et exploite près de 3 000 vélos, représentant 10 000 usagers réguliers sur le territoire. L'entreprise vient récemment de finaliser son deuxième tour de table en levant 1,35 M€ auprès de Via ID et de la Banque des Territoires. « Green On propose à chaque entreprise une flotte de deux-roues électriques pour les déplacements professionnels et privés de ses collaborateurs. L'offre inclut bien sûr le matériel proprement dit (à l'achat ou en location longue durée), mais également la gestion automatisée du libre-service – par un système exclusif de casier à clés autogéré –, l'entretien sur site, l'assurance tous risques tout conducteur, et le reporting mensuel », explique le président, docteur en géophysique, diplômé de l'École nationale supérieure des mines de Paris.
Avec son offre multimétiers ciblant les collectivités publiques comme les entreprises privées, Green On revendique fièrement participer à la diminution de l'empreinte écologique du transport dans les territoires qui investissent dans son service de mobilité. « La mobilité durable ou l'écomobilité est un plan d'aménagement du déplacement des populations. Elle vise à mettre à la disposition des populations des moyens de transport peu polluants. Sur le plan social, cette politique requiert une sensibilisation des populations à l'écocitoyenneté, une équité dans l'accès aux infrastructures et une amélioration de la qualité et de la santé de la vie. Économiquement, offrir aux populations des moyens accessibles à toutes les bourses, un aménagement de pistes cyclables et la vulgarisation des moyens de transport doux. Quant à l'aspect écologique, chaque action posée se doit de conserver la santé de la planète. Le but de l'écomobilité serait donc de trouver un équilibre entre protection de la planète et besoins des peuples », développe François Schaub. 

{POPUP_CONTENT}