Dans le monde de demain, quel rôle pour la technologie ?

La rédaction de Questions de transformation - 01 février 2019

0
0
Dans le monde de demain, quel rôle pour la technologie ?
Décidément, l'innovation ne manque pas d'honneurs et de grands raouts célébrateurs. En plus du CES et de VivaTech, la quatrième édition de la Maddy Keynote, organisée hier, jeudi 31 janvier, s'est imposée comme un événement international incontournable de l'innovation française. Comme les années précédentes, des pointures de l'écosystème numérique international sont intervenues au cours de conférences, débats et ateliers, organisés au cours d'une véritable journée marathon. En décidant de projeter les visiteurs de cette édition dans un futur encore assez éloigné, en 2084, la Maddy Keynote interpelle : « Et si le monde que nous bâtissons était porté par un nouvel idéal de vie, un idéal de vie où nos manières de vivre, d'aimer, de consommer, de travailler, étaient profondément bouleversées ? » Le magazine Ville Intelligente  s'interroge aussi : « En plein mouvement social tel que nous le vivons en France depuis plusieurs mois et en Europe, il est vrai que cette question de modification inéluctable de notre société prend tout son sens. Quel sera le monde de demain et comment pouvons-nous envisager de le construire aujourd'hui ? »

Dans cette projection à la fois anxiogène d'incertitudes et enthousiasmante de croyances, quelle sera la place de la technologie ? Voilà une question centrale. Que ce soit dans la conquête de l'espace ou la gestion des migrations par l'intégration. Pour Jérémy Saget, médecin de vol parabolique et candidat aux missions habitées non gouvernementales vers Mars, l'exploration spatiale est le meilleur investissement de l'humanité pour notre vie sur Terre. Invité de la Maddy Keynote, il se confie dans Maddyness : « En fait, ouvrir notre monde sur de nouvelles perspectives et certaines propriétés de l'infini transforme réellement les réponses à donner à toutes nos priorités sociétales, qui tiennent trop souvent à un monde perçu à tort comme fermé (ressources limitées induisant conflits, compétitions, creusement des iniquités, repli sur soi, etc.). Cette transition nécessiterait d'être accompagnée par un véritable questionnement et des actions conséquentes dès à présent, sans plus attendre. »

Toujours dans le média de l'innovation et de l'entrepreneuriat, Joséphine Goube, fondatrice de Techfugees, qui depuis 2015 développe l'empowerment des réfugiés à travers la technologie, considère la tech comme un moyen, et non une fin en soi, pour réintégrer les populations réfugiées. Dans un entretien accordé à Maddyness, l'intervenante à la Maddy Keynote justifie son propos : « Sans réduction des gaz à effet de serre et autres pollutions, il y a donc de grandes chances pour qu'en 2084, nous soyons nombreux à avoir été déplacés à la suite de phénomènes climatiques. Les notions mêmes de réfugiés et de frontières géographiques en seront donc probablement bouleversées. Dans un monde où s'échangent et circulent de plus en plus d'informations, de capitaux, de biens, de services, de personnes, qui mieux que les réfugiés peuvent penser l'évolution de leur business sur ces nouveaux marchés ? »

{POPUP_CONTENT}