High-tech et shopping repensent la consommation de demain

La rédaction de Questions de transformation- 01 septembre 2017

0
2
Inscrivez-vous
à la newsletter
High-tech et shopping repensent la consommation de demain
Moins d'un an après la grand-messe du CES de Las Vegas, l'autre grand rendez-vous de l'électronique mondiale, l'IFA, se tient à Berlin à partir de demain samedi. C'est l'occasion, pour les mastodontes et les startups de la high-tech grand public, de présenter leurs derniers produits novateurs, à l'image de Samsung qui dévoile ses deux nouvelles montres connectées. Dominé depuis vingt ans par ses deux leaders grandes marques, Casio et Texas Instruments, le secteur des calculatrices scientifiques reste lui assez perméable aux innovations depuis deux décennies. Alors que la rentrée approche, la startup française NumWorkscompte bien disrupter le secteur en lançant « une calculatrice scientifique 100 % conçue en France, facile à utiliser et open source. Son concepteur, l'ingénieur français Romain Goyet, a voulu inventer un produit nouveau, inspiré des smartphones intuitifs d'aujourd'hui », décrit France Info sur son site Web. 

En promettant le lancement d'un fonds de 10 milliards d'euros dédiés aux startups, le président Emmanuel Macron veut justement permettre la croissance par l'innovation des jeunes pousses tricolores. Selon le baromètre allemand « Innovation Indikator », réalisé par l'institut de recherche Fraunhofer, la France ne se classe que 15e sur 35 au classement des pays les plus propices à l'innovation. « En dix-sept ans, la France a chuté de six places, passant du 9e au 15e rang, car elle souffre surtout de la faible coopération entre le monde de l'entreprise et celui de la recherche », comme le rapporte le site des Echos

Innover, c'est aussi inventer la ville intelligente de demain, dans laquelle 80 % de la population mondiale est rapidement appelée à vivre. Real Views, la plateforme de brand content de JLL, spécialiste de l'immobilier, s'intéresse justement au cas expérimental de Bird Street, à Londres. Cette ancienne ruelle assez calme, voisine d'Oxford Street, a été transformée en modèle technologique et environnemental de la rue commerçante du futur : des boutiques éphémères, des pavés qui transforment les pas des passants en énergie, un banc purificateur d'air et de la peinture anti-polluante. « Bird Street est l'exemple parfait de la technologie capable d'améliorer la qualité de l'air et de réduire la consommation d'énergie citadine », décrypte Connor McCauley, directeur associé chez JLL. 
Plus de contenus

Julia Amsellem

associée EY-Parthenon en charge du Luxe, du Retail et des Biens de consommation
Des opportunités pour un luxe plus responsable et plus digital
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}