L'automobile face aux enjeux des nouvelles mobilités

La rédaction de Questions de transformation- 04 octobre 2018

0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
L'automobile face aux enjeux des nouvelles mobilités
Le Mondial de l'Auto (du 4 au 14 octobre) a ouvert ses portes à Paris. Le salon, qui attire tous les deux ans plus de 1 million de visiteurs, fête ses 120 ans dans une atmosphère de transformation. Boudé cette année par plusieurs grandes marques, dont Volkswagen, Fiat et Ford, le grand raout aborde une nouvelle ère, comme l'explique dans Le Point Jean-Claude Girot, administrateur du Mondial : « Pour le moderniser, il ne faut pas rester cantonné à la porte de Versailles. Il faut aller au-devant d'un public nouveau, là où il se trouve, et nous aurons sur la place de la Concorde un centre d'essai où les Parisiens et les touristes de passage pourront toucher du doigt le progrès dont on leur parle tant. Ils prendront place à bord de voitures hybrides, électriques, à gaz et à hydrogène. On veut leur montrer que ça marche, aller à leur rencontre avec un QG à la Concorde pour leur dire aussi qu'il y a un Mondial à la porte de Versailles. »

La mutation de l'automobile, c'est aussi celle de sa place dans la mobilité urbaine. Un bouleversement se dessine dans nos villes et il était temps, se félicite Cyril Zimmermann, serial entrepreneur de la scène Tech française et président de CityBird/Felix, dans une tribune publiée par Forbes : « Force est de constater que les nouvelles offres de transport, et en particulier les offres de mobilité à deux roues électriques (scooter et vélos électriques), investissent avec succès l'expérience utilisateur (ou UX) pour redonner le goût des transports. Le changement majeur en termes d'expérience (UX), c'est évidemment le gain de temps et de sérénité. Grâce aux deux-roues électriques, vous pouvez par exemple vous déplacer à Paris sans perdre de temps dans les embouteillages et sans avoir la fatigue et la tension de la conduite en deux-roues. »

Mais alors que 80 % des déplacements sont encore réalisés avec des véhicules individuels, il ne faut pas oublier que « l'enjeu ne réside pas dans la prouesse technique mais dans la capacité à apporter les solutions les plus pertinentes aux besoins de mobilité des Français », explique Les Echos Executives, qui consacre un article aux entreprises françaises qui font parler la data grâce au Programme d'investissements d'avenir de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie. « Nous avons notamment sélectionné des projets qui permettent d'observer plus finement les besoins et les usages des Français en matière de mobilité », explique Sophie Garrigou, responsable du financement de l'innovation du PIA au sein de l'Ademe. Un exemple ? Le projet Observer, qui s'appuie sur l'exploitation des données de mobilité. « Spécialisée dans le comptage de données routières, l'entreprise Alyce développe un capteur vidéo au comptage précis. Ces informations sont enrichies par les données anonymisées fournies par les opérateurs de téléphonie et les fournisseurs de GPS partenaires. Destiné aux villes moyennes de 20 000 à 200 000 habitants, Observer permettra, en croisant big data et comptage routier, de délivrer des informations très précises aux municipalités, 365 jours par an », décrit Les Echos.

Plus de contenus

Olivier Macard

associé EY, en charge du secteur Distribution et Consommation pour la France
Entre euphorie et agonie, la distribution contrainte à une mue brutale

Julia Amsellem

associée EY-Parthenon en charge du Luxe, du Retail et des Biens de consommation
Des opportunités pour un luxe plus responsable et plus digital
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}