L'IA va-t-elle rendre les médias plus intelligents ?

La rédaction de Questions de transformation- 08 juin 2017

0
44
Inscrivez-vous
à la newsletter
L'IA va-t-elle rendre les médias plus intelligents ?
Avec sa startup Récital, le Français Gilles Moyse veut inviter l'intelligence artificielle dans la production de contenus. Il nous expliquait, il y a quelques semaines, que cette robotisation allait révolutionner les médias. Va-t-elle les faire redevenir intelligents ? C'est la question que pose Eric Scherer, directeur de la prospective chez France Télévisions dans le dernier Cahier de tendances médias du groupe télévisuel public. « L'IA est déjà mobilisée en arrière-plan de nombreux services qui modifient et améliorent en ce moment notre manière de nous informer, de nous cultiver et de nous divertir. Mais aussi de nous enrichir et d'être davantage en prise avec la société. Car désormais, les machines apprennent, résolvent des problèmes, comprennent le langage, perçoivent l'environnement. Elles voient, lisent, entendent, reconnaissent. L'IA apprend, s'améliore et n'oublie rien », écrit Eric Scherer en introduction sur le site de méta-media.

L'intelligence artificielle pour produire des contenus, le célèbre quotidien étasunien The Washington Post s'en sert déjà. Pour l'école de journalisme de l'université du Missouri, Jeremy Gilbert, directeur des initiatives stratégiques du quotidien, expliqueque l'automatisation informatique peut, à terme, développer les capacités de production d'une rédaction en permettant d'analyser plus de données pour mieux personnaliser le contenu.

Et si l'intelligence des médias passait aussi par sa capacité à impliquer les consommateurs curieux dans le processus de production ? Cinquième plus grand quotidien d'Italie, Il Giornale tente l'expérience depuis maintenant quatre ans, en demandant à ses lecteurs de financer des reportages de guerre devenus trop coûteux. Depuis 2013, le projet digital « Gli occhi della guerra » (« Les yeux de la guerre » en français) a permis le financement participatif de plus de 90 reportages dans des zones de combat du monde entier. Y compris évidemment en Libye, en Irak et en Syrie. Chaque premier jeudi du mois, la version papier du journal intègre dans ses pages l'un des reportages du projet de « crowfunding » qui, comme l'explique le NiemanLab, débouche également sur des documentaires vidéo et des photoreportages.
Plus de contenus

Julia Amsellem

associée EY-Parthenon en charge du Luxe, du Retail et des Biens de consommation
Des opportunités pour un luxe plus responsable et plus digital

Olivier Macard

associé EY, en charge du secteur Distribution et Consommation pour la France
Entre euphorie et agonie, la distribution contrainte à une mue brutale
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}