Le cinéma français en rang serré pour la parité

La rédaction de Questions de transformation- 01 mars 2018

0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
Le cinéma français en rang serré pour la parité
Ce n'est pas une cérémonie des César comme les autres qui se déroulera vendredi soir à Paris. Car cinq mois après l'affaire Harvey Weinstein, le cinéma français s'organise et s'engage, comme en témoignent deux tribunes publiées dans Libérationet Le Monde. L'une est un appel aux dons pour lutter contre la violence faite aux femmes, l'autre une demande de création de quotas dans le financement du cinéma pour « vaincre les inégalités ». Le cinéma français veut changer d'ère et peut s'inspirer du Canada, devenu un havre d'opportunités pour les réalisatrices, comme le relate une enquête publiée par le Hollywood Reporter. L'hebdomadaire californien explique que dès 2016, Téléfilm Canada, principal levier de financement public du cinéma canadien, a fixé pour 2020 une parité sexuelle complète. Les effets se sont déjà fait ressentir puisqu'en 2017, l'organisme fédéral – qui, chaque année, injecte presque 100 millions d'euros dans la création cinématographique nationale – a augmenté de 27 % ses soutiens aux films réalisés par des femmes. Le National Film Board of Canada, la Canadian Broadcasting Corporation et le Canada Media Fund ont emboîté le pas et annoncent eux aussi la parité d'ici deux ans. 

En attendant de suivre l'exemple canadien, le cinéma français peut se targuer de sa bonne santé. Selon un nouveau rapport de l'Observatoire européen de l'audiovisuel sur la productioncinématographique européenne, l'Hexagone accapare 15 % du total des coproductions européennes sur les dix dernières années, avec 566 films. Seuls la Belgique (56 %) et le Luxembourg (53 %) ont produit plus de films en tant que coproducteurs. Au niveau continental, le volume de production global en Europe a augmenté de 47 %, passant de 1 444 longs-métrages en 2007 à 2 124 en 2016. Et sur son site Web, l'Observatoire confirme que la France est dans le top 5 des pays producteurs, avec le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie.
Plus de contenus

Olivier Macard

associé EY, en charge du secteur Distribution et Consommation pour la France
Entre euphorie et agonie, la distribution contrainte à une mue brutale
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}