Le made in France, nouvel eldorado bleu-blanc-rouge ?

La rédaction de Questions de transformation- 02 novembre 2018

0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
Le made in France, nouvel eldorado bleu-blanc-rouge ?
Depuis maintenant 7 ans, MIF Expo est devenu le rendez-vous annuel des professionnels et des consommateurs qui souhaitent acheter des produits entièrement fabriqués en France. Près de 450 exposants seront présents cette année à Paris du 10 au 12 novembre, alors que le made in France, tendance de fond allant crescendo, fait son grand retour, entre nouveaux créateurs, petits et grands, et entreprises décidant, tel Le Coq sportif récemment, de relocaliser tout ou partie de leur production en France. Consommer un peu plus hexagonal permettrait de relocaliser 150 000 emplois, et de générer plus de 11 milliards d'euros de chiffre d'affaires, explique Le Point : « La récente rue du made in France, en plein Paris, et le salon MIF constituent autant de signes de ce dynamisme retrouvé de la "marque" France. La boutique en ligne French Oui accueille désormais une quarantaine de marques made in France. Il faut dire que les Français sont bel et bien prêts à consommer local. Pour 93 % d'entre eux, acheter un produit made in France constitue une manière de participer au maintien de l'emploi en France. Ils sont même 74 % à accepter de payer plus cher pour un produit fabriqué en France, selon un sondage Ifop de 2017. »

Le made in France, nouvel eldorado bleu-blanc-rouge ? Oui, mais sous certaines conditions, rappelle une consultante en stratégie dans une tribune publiée par Les Echos  : « Ce n'est que par un ancrage de la culture de la fabrication et du savoir-faire français qu'il sera possible de restaurer le tissu national productif et de relocaliser des activités sur le territoire national. Une politique culturelle du "Made in France" aurait pour intérêt de promouvoir les savoir-faire nationaux. La démocratisation de ces métiers pourrait s'amorcer dans des ajustements des programmes scolaires, en consacrant plus de temps à l'histoire des professions, de l'industrie et des fleurons de l'économie. » Justement, c'est dans l'enseignement scolaire que réside un enjeu majeur du made in France, alors que le gouvernement a lancé son Pass numérique en septembre dernier. Apprendre le numérique avec le numérique, c'est bien, souligne Jean-Yves Hepp, fondateur d'Unowhy, dans Le Point. Mais pas seulement. Et pas n'importe comment, surtout : « À date, aucune directive n'est donnée pour rendre les données scolaires inviolables. Or, la France connaît déjà la solution pour y parvenir : choisir des acteurs français pour accompagner la transition numérique de l'école qui s'engagent sur un stockage des données en France, sans réplication aux États-Unis, en conformité avec la Cnil et le RGPD. Ces acteurs existent. Leurs solutions numériques pédagogiques sont déjà présentes dans les établissements de plus de 30 départements. »
Plus de contenus
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}