Les promesses de la santé numérique

La rédaction de Questions de transformation- 12 octobre 2018

0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
Les promesses de la santé numérique
Marché en plein développement, l'e-santé regorge d'opportunités. En 2016 en France, selon une étude de la DGE, il pesait entre 2,2 et 3 milliards d'euros. Le potentiel est aussi énorme que le champ technologique des possibles. Le 26 septembre dernier, la startup française Doctolib ouvrait à Paris le plus grand centre français de recherche sur la santé connectée. Ce HealthTech Center rassemble cent ingénieurs, une cinquantaine de plus les rejoindront dès 2019. Ce centre expert a pour ambition de « créer les outils du cabinet et de l'hôpital du futur. L'objectif étant de dégager du temps médical au médecin et de fluidifier le parcours des patients », précise le patron de Doctolib, Stanislas Niox-Chateau, au Parisien. Le quotidien précise que « l'équipe d'ingénieurs enrichit chaque jour d'une nouvelle fonctionnalité les logiciels de prises de rendez-vous en ligne ou de conseils aux patients de Doctolib : nouveau service pour réorienter les malades des urgences vers la ville, nouvelle ergonomie, envoie de SMS à partir de l'agenda... ». 

Forcément, le développement des objets connectés et les progrès de la génomique vont engendrer une masse de données considérable dont vont se délecter les algorithmes d'intelligence artificielle (IA), qui deviennent peu à peu incontournables dans la santé, explique Le Figaro. « L'université de Stanford a démontré que l'IA était meilleure que les dermatologues pour détecter certains mélanomes », explique au quotidien Clément Goehrs, cofondateur de la startup Synapse, qui favorise le bon usage des médicaments. Il poursuit :« Demain, vous pourrez prendre en photo un grain de beauté suspect avec votre smartphone et une application vous délivrera immédiatement son analyse. »

Et la télémédecine ? Son avancée est trop timide en France, regrette dans une tribune, surZdnet, Frédéric Charles, directeur Stratégie & Innovation chez Suez Smart Solutions : « Deux conceptions de l'e-santé se profilent, une qui voudrait que le "e-"  qu'il soit "télé" ou "données + IoT" , ne change rien et que le domaine de la santé reprenne son cours normal en se modernisant. Et puis une seconde qui montre assez simplement que le patient peut devenir acteur et que le numérique change sa relation au système et réorganise les flux d'information dans le système. »
Plus de contenus
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}