Frédéric Bardeau fait rimer décrocheur avec codeur

La rédaction de Questions de transformation - 24 mai 2019

0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
Frédéric Bardeau fait rimer décrocheur avec codeur
Faire le lien entre le digital, le pouvoir du code, la politique et l'éthique... La promesse est ambitieuse mais pour Frédéric Bardeau, qui en fait le moteur de sa mission entrepreneuriale, elle constitue le socle de l'atout social numéro un du numérique : servir de tremplin social. Cofondée en 2013 avec deux anciens élèves du Celsa, où cet ancien parachutiste de l'armée, père de cinq enfants, a donné des cours de communication numérique, la fabrique à codeurs Simplon.co, labellisée French Tech, forme gratuitement des jeunes défavorisés et des chômeurs au développement informatique. Créée à Montreuil dans une ancienne usine de ballons de baudruche, cette entreprise sociale est pensée dès sa genèse comme un centre de formation à vocation inclusive, et surtout pas élitiste. Son but ? Former à la programmation en six mois, sur les modèles américains des « boot camps », ceux qui quittent le système scolaire sans qualification et les demandeurs d'emploi de longue durée. Mais Simplon, où 40 % des élèves sont des femmes, met aussi ses formations au service des handicapés et des réfugiés.

Administrateur du Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves) et président de France Eco-Sociale Tech, diplômé en science et sociologie politique, en plus d'un DESS en défense et intelligence à Paris 2, Frédéric Bardeau a attendu près de quinze ans pour combler un certain « manque de sens ». Après un début de carrière chez DDB, Publicis et Weber Shandwick, ce passionné de cyberculture et d'activisme fonde le réseau de consultants indépendants Trilogicom, avant de monter en 2008 l'agence de communication responsable Limite. En parallèle, il développe une activité de conseil et d'accompagnement en stratégie digitale pour les entreprises. Coauteur en 2011 du livre Anonymous, peuvent-ils changer le monde ?, il se lance sans hésiter dans l'aventure Simplon deux ans plus tard. Convaincu que le métier de développeur informatique ne concerne pas que « les jeunes mâles blancs très diplômés qui jouent à Warcraft », le consultant, conférencier, formateur et entrepreneur social de 44 ans a créé un ascenseur social et professionnel qui a exporté son message inclusif dans 43 écoles à travers le monde (Belgique, Italie, Espagne, Sénégal, Liban). En six ans, Simplon a déjà changé la vie de 5 000 personnes et forme désormais 2  000 personnes par an au travers de son réseau de 80 écoles en France et à l'international. « Notre taux d'insertion professionnelle est de 80 % dans les six mois à compter de la fin de la formation », se réjouit le président de Simplon.

Plus de contenus
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter les conditions générales d’utilisation du Site.
{POPUP_CONTENT}