Joëlle Adrien, la chercheuse qui veut nous redonner notre heure de sommeil perdue

La rédaction de Questions de transformation- 29 mars 2019

0
0
Inscrivez-vous
à la newsletter
Joëlle Adrien, la chercheuse qui veut nous redonner notre heure de sommeil perdue
En trente ans, les Français ont perdu au moins une heure de sommeil par nuit. Ce manque de repos nocturne vital pour le métabolisme, surtout chez les enfants et les adolescents, la neurobiologiste Joëlle Adrien en a fait son combat. La dette du sommeil, comme elle appelle cette « épidémie qui aggrave la plupart des maladies chroniques », la présidente de l'Institut national du sommeil et de la vigilance l'attaque   en remettant en cause « notre société moderne hyper connectée qui prône la performance, l'activité 7 jours/7 et 24 h/24. »Pour elle, l'impact de notre mode de vie sur nos nuits est évident : « Il est en transformation rapide depuis une trentaine d'années : organisation sociale (éclatement des familles, omniprésence du smartphone, relationnel fondé sur les réseaux sociaux) ; organisation professionnelle (formation initiale en partie à l'étranger, horaires atypiques, travail le dimanche, télétravail) ; système socio-économique (dématérialisation des procédures, mondialisation, intelligence artificielle). Une véritable "révolution" comparable à la révolution industrielle du milieu du XIXe siècle », argumente la directrice de recherche à l'Inserm.

S'intéresser au sommeil est une vocation née assez tôt chez l'auteur de Mieux dormir et vaincre l'insomnie (Larousse, 2014). À 21 ans, alors à l'université Claude-Bernard-Lyon-1, elle collabore avec une pionnière de l'étude du sommeil chez le bébé mammifère, Danielle Jouvet-Mounier, proche de Michel Jouvet, le père du sommeil paradoxal. Après s'être penchée pendant 17 ans sur le sommeil paradoxal du nouveau-né, elle s'intéresse au lien entre sommeil, dépression et sérotonine. C'est lors de ces presque 20 ans de recherche qu'elle découvre qu'une nuit sans sommeil a un effet antidépresseur parce qu'elle active le système sérotoninergique. Depuis 2014, quand elle n'écrit pas des chroniques pour Atlantic, celle qui est aussi chercheuse à la Société française de recherche et médecine du sommeil se consacre à la thérapie cognitivo-comportementale de l'insomnie. Expliquant que « la médecine du sommeil est une toute nouvelle discipline qui commence seulement à être enseignée en tant que telle dans le cursus médical en France », Joëlle Adrien plaide pour une sensibilisation de « toutela population, chacun respectant son propre besoin de sommeil ainsi que le besoin de sommeil de son voisin. »

Plus de contenus
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter lesconditions générales d’utilisation du Site.
close
{POPUP_CONTENT}