Julien Vidal nous rappelle que tout commence aussi par nous

La rédaction de Questions de transformation - 06 septembre 2019

0
0
1
Inscrivez-vous
à la newsletter
Julien Vidal nous rappelle que tout commence aussi par nous
Et si en fait, actuellement, on avait déjà toutes les solutions dans notre quotidien pour changer le monde à notre échelle ? Cette question, Julien Vidal a attendu « cette merveilleuse opportunité » de repartir à zéro pour se la poser. Sa réponse ? Le projet associatif « Ça commence par moi » (CCPM), « qui vient montrer que même si l'État et les grandes entreprises peuvent avoir une influence considérable sur nos vies, il appartient à chacun, dans son quotidien, de prendre des décisions qui peuvent vraiment faire bouger les choses ». Créée en février 2017, « Ça commence par moi » vise à redonner aux citoyens le pouvoir de changer le monde à leur échelle. Avec un catalogue en ligne de plus de 365 actions directement applicables dans sa vie de tous les jours, une émission de radio hebdomadaire, des ateliers de formation, des outils pédagogiques, CCPM « est un projet unique proposant plus de 400 alternatives pour commencer à agir selon ses talents, ses disponibilités, ses moyens », assure le trentenaire, diplômé d'un master en gestion de l'humanitaire à l'université de Savoie.

« Après un stage au siège d'une grosse ONG française, j'ai décidé de partir sur le terrain pour soutenir un projet à taille humaine dans un pays en développement grâce à la formule du Volontariat de solidarité internationale. Après deux ans à Bogota sur un projet de réinsertion des guérilleros, je suis parti deux ans aux Philippines pour travailler à l'insertion professionnelle des jeunes adultes exclus. De retour en France, je cherche à trouver ma place dans une société que je n'ai jamais connue en tant qu'adulte, j'en profite pour vraiment questionner chacune des décisions que je prends au quotidien. Il s'agit alors de m'approprier mes faits et gestes plutôt que de suivre une tendance que je ne maîtrise pas », explique le Grenoblois, qui depuis deux ans incarne l'un des enseignements de son maître spirituel Gandhi : « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. » En 2017, après une incubation par Antropia à l'Essec, le conférencier et écrivain se met d'abord au défi, durant 365 jours, d'appliquer quotidiennement une action en faveur de la planète. Deux ans plus tard, il émet 2 tonnes de CO2 par an, « cinq fois moins qu'un Français moyen ». Il en est persuadé : « En adoptant les alternatives CCPM, il suffirait de 0,8 planète pour que tous les êtres humains vivent décemment. »
Plus de contenus
Plus de contenus
S'inscrire à la newsletter hebdomadaire
Vos données personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer la newsletter EY « La question de la semaine ». Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le moyen de désabonnement indiqué dans la newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter les conditions générales d’utilisation du Site.
{POPUP_CONTENT}